China throws media shield around Xi's visit to Hong Kong

China throws media shield around Xi’s visit to Hong Kong

Xi sera à Hong Kong pour marquer le 25e anniversaire de la rétrocession de la ville de la Grande-Bretagne à la Chine, et ce sera son premier voyage hors du continent depuis le début de la pandémie.

Selon l’Association des journalistes de Hong Kong (HKJA), au moins 10 journalistes travaillant pour des organisations locales et internationales ont vu leur candidature pour couvrir les événements rejetée pour des “raisons de sécurité”.

“Avec les médias incapables d’envoyer des journalistes sur le terrain, la HKJA exprime ses plus vifs regrets quant à la rigidité des arrangements de reportage pris par les autorités pour un événement aussi important”, a déclaré mardi le groupe de presse.

Reuters, l’Agence France-Presse (AFP) et le South China Morning Post, basé à Hong Kong, faisaient partie des médias dont les journalistes ont été empêchés de couvrir les cérémonies, selon la HKJA.

CNN a contacté les entreprises de médias pour commentaires. Un porte-parole du gouvernement de Hong Kong a déclaré que les autorités trouvaient “un équilibre autant que possible entre le besoin de travail des médias et les exigences de sécurité”.

Reuters a rapporté que deux de ses journalistes avaient été empêchés de couvrir la cérémonie de passation de pouvoir et l’investiture du nouveau directeur général de Hong Kong, John Lee. Il a cité une porte-parole de Reuters disant que l’agence de presse cherchait de plus amples informations sur la question.

La candidature de CNN pour assister aux événements a également été rejetée.

“Le gouvernement a déclaré à CNN que la police avait rejeté la demande mais a refusé de donner des détails”, a déclaré un porte-parole de la société. “CNN est déçu de ne pas assister aux événements officiels mais continuera à rendre compte de la visite du président chinois Xi Jinping.”

Le porte-parole a déclaré que le gouvernement de Hong Kong avait déclaré à CNN qu'”il ne commenterait pas le résultat de l’accréditation des organisations et des personnes individuelles”.

Les journalistes dont la candidature a été refusée ne pourraient pas couvrir la cérémonie de lever du drapeau national et la prestation de serment de Lee, le nouveau chef de la ville et ancien chef de la sécurité.

Le département des services d’information du gouvernement a lancé des invitations aux organes de presse le 16 juin, autorisant un seul journaliste par média à couvrir chaque événement.

Chaque représentant des médias devait effectuer des tests PCR quotidiens à partir du 26 juin – avant que l’approbation officielle ou les rejets ne soient émis le 28 juin – et se mettre en quarantaine à l’hôtel le 29 juin dans le cadre des mesures de prévention liées aux coronavirus.

“Grave déviation” de la liberté de la presse

Le Club des correspondants étrangers à Hong Kong a déclaré mercredi qu’il était “profondément préoccupé” par les informations selon lesquelles l’accréditation avait été refusée.

“Dans le passé, des événements officiels similaires étaient ouverts à l’enregistrement des médias sans invitation ni vérification”, a déclaré la FCC dans un communiqué mercredi.

“La FCCHK considère ces restrictions – appliquées sans explication détaillée – comme un grave écart par rapport à cet engagement déclaré en faveur de la liberté de la presse”, a-t-il déclaré.

Hong Kong abritait autrefois l’une des scènes médiatiques les plus dynamiques d’Asie et un lieu qui professait la liberté d’expression et la liberté de la presse. Mais au cours des dernières années, il a perdu presque tous ses médias indépendants locaux.

Pékin a imposé une loi sur la sécurité nationale à la ville à la suite des manifestations anti-gouvernementales en 2019. Depuis lors, les critiques allèguent que certaines des libertés que la Chine a promises de protéger lors de la passation il y a 25 ans ont été restreintes.

Le Hong Kong le gouvernement rejette les suggestions selon lesquelles la liberté de la presse a été sapée, mais l’avenir du journalisme local indépendant semble sombre. Bien qu’il existe encore de grands médias internationaux – dont CNN et Bloomberg – exploitant de grandes salles de rédaction dans la ville, il reste peu de médias indépendants locaux importants.

Certains des plus grands médias pro-démocratie de la ville ont été renversés après d’énormes pressions gouvernementales, une série d’arrestations et des descentes de police dans leurs salles de rédaction.

— Le bureau de Pékin de CNN a contribué à ce rapport.

#China #throws #media #shield #Xis #visit #Hong #Kong

Leave a Comment

Your email address will not be published.